Centre Culturel Irlandais



Mot de passe oublié ?

Portail des collections

Centre Culturel Irlandais

Accueil

Sélection de la langue

Adresse

Centre Culturel Irlandais


 

contact

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi : 14h - 18h
Nocturne le mercredi jusqu'à 20h
Fermé week-end et jours fériés
La Médiathèque rouvrira le 1er septembre.

Contacts

Carole Jacquet
Responsable des ressources documentaires

Marion Mossu
Chargée de ressources documentaires

Tel : 01 58 52 10 83 / 33

Où nous trouver ?

Tout près du Panthéon !
Centre Culturel Irlandais
5, rue des Irlandais - 75005 Paris

RER B : Luxembourg
Métros : M10 Cardinal Lemoine / M7 Place Monge
Bus : 84, 89, 21, 27

Carte

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi : 14h - 18h
Nocturne le mercredi jusqu'à 20h
Fermé week-end et jours fériés
La Médiathèque rouvrira le 1er septembre.

Contacts

Carole Jacquet
Responsable des ressources documentaires

Marion Mossu
Chargée de ressources documentaires

Tel : 01 58 52 10 83 / 33

Où nous trouver ?

Tout près du Panthéon !
Centre Culturel Irlandais
5, rue des Irlandais - 75005 Paris

RER B : Luxembourg
Métros : M10 Cardinal Lemoine / M7 Place Monge
Bus : 84, 89, 21, 27

Carte

Titre : Performative Self-Portraiture, Femmage, and Feminist Histories of Irish Art: Amanda Coogan's Snails, after Alice Maher (2010) (2018)
Auteurs : Fiona BARBER, Auteur
Type de document : Article
Dans : Etudes irlandaises (Vol 43 n 1 Printemps-été 2018)
Article en page(s) : 19 p.
Langues: Anglais
Mots-clés :

ARTS VISUELS

ESSAI

FEMMES

Résumé : En 2010, l’œuvre Snails: After Alice Maher d’Amanda Coogan a été présentée au public dans une des salles du Musée irlandais d’Art Moderne. Cette performance d’une durée de deux heures, durant lesquelles une série d’escargots explorent le visage, le corps et les cheveux de l’artiste qui demeure imperturbablement figée, aborde un ensemble de thématiques familières chez Coogan : le spectaculaire, l’abjection et l’identité féminine. L’artiste a explicitement reconnu l’existence d’un lien entre autoportrait et usage du corps dans les arts performatifs ; Snails balise ce territoire selon deux dimensions : d’une part la mise en scène de la performance ; d’autre part, la documentation qui vient à l’appui de l’œuvre. Toutefois, une autre dimension signifiante de cette performance tient à sa filiation assumée avec le travail d’Alice Maher, que ce soit en termes de thématique (l’abjection, la question de l’identité) ou d’influence (notamment celle du canon artistique et celle de la tradition de la représentation de soi). Dans cet article, nous étudierons la référence à un précédent féministe à travers la notion de femmage, utilisé ici au sens de reconnaissance de l’influence de plusieurs générations de performeuses, mais aussi identifié comme appartenant à l’histoire de la politique du corps féminin irlandais depuis les années 1980. Ces éléments cadrent la discussion sur la signification de l’autoportrait dans toute la pratique performative de Coogan, y compris pour deux œuvres antérieures : Medea (2001) et Self-Portrait as David (2003). Sa pratique est ensuite envisagée en relation avec une critique féministe du rôle de l’art de l’autoportrait dans le développement du canon artistique pour revenir à une lecture de Snails en lien avec d’autres pratiques artistiques antérieures, notamment celles de Frida Kahlo et Hannah Wilke qui ont l’une et l’autre procédé à une déconstruction féministe du corps féminin idéalisé dans leurs autoportraits. Enfin, notre propos renvoie à la notion de « temps des femmes » décrit par Julia Kristeva et propose une redéfinition des facteurs d’affirmation et d’influence entre les artistes féminines, facteurs qui ne peuvent être reconnus dans le cadre du canon artistique traditionnel. Nous concluons enfin sur une analyse des œuvres d’Alice Maher comme « précédents » aux autoportraits performatifs de Coogan, opérant dans un espace de signification tel que défini par Kristeva. Une telle approche suggère des perspectives nouvelles pour l’écriture des histoires de l’art féministe irlandais.
Pays de publication : Irlande
Fonds : Médiathèque