Centre Culturel Irlandais



Mot de passe oublié ?

Portail des collections

Centre Culturel Irlandais

Accueil

Sélection de la langue

Adresse

Centre Culturel Irlandais


 

contact

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi : 14h - 18h
Nocturne le mercredi jusqu'à 20h
Fermé week-end et jours fériés

Le CCI est dans l'obligation de fermer ses portes le jeudi 29 octobre à 18h et jusqu'à nouvel ordre.

Contacts

Carole Jacquet
Responsable des ressources documentaires

Marion Mossu
Chargée de ressources documentaires

Tel : 01 58 52 10 83 / 33

Où nous trouver ?

Tout près du Panthéon !
Centre Culturel Irlandais
5, rue des Irlandais - 75005 Paris

RER B : Luxembourg
Métros : M10 Cardinal Lemoine / M7 Place Monge
Bus : 84, 89, 21, 27

Carte

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi : 14h - 18h
Nocturne le mercredi jusqu'à 20h
Fermé week-end et jours fériés

Le CCI est dans l'obligation de fermer ses portes le jeudi 29 octobre à 18h et jusqu'à nouvel ordre.

Contacts

Carole Jacquet
Responsable des ressources documentaires

Marion Mossu
Chargée de ressources documentaires

Tel : 01 58 52 10 83 / 33

Où nous trouver ?

Tout près du Panthéon !
Centre Culturel Irlandais
5, rue des Irlandais - 75005 Paris

RER B : Luxembourg
Métros : M10 Cardinal Lemoine / M7 Place Monge
Bus : 84, 89, 21, 27

Carte

Titre : Trauma et hantise de soi dans The Mai et By the Bog of Cats de Marina Carr (2011)
Auteurs : Hélène LECOSSOIS, Auteur
Type de document : Article
Dans : Etudes irlandaises (Vol 36 n 1 2011)
Article en page(s) : p. 147-159
Langues: Français
Mots-clés :

LITTERATURE

THEATRE

PIECE DE THEATRE

ESSAI

IRLANDE

XXE SIECLE

Résumé : Le trauma que The Mai et By the Bog of Cats s'efforcent de représenter est celui de sujets dont l'avènement n'a jamais eu lieu, de sujets condamnés à vivre dans la hantise de l'individuation. La dramaturgie du traumatisme que Marina Carr met en place dans ces deux pièces s'apparente à bien des égards à une dramaturgie de la revenance. Le spectre, entité indécise qui allie des réalités contradictoires telles que présence et absence, évanescence et rémanence, donne pour ainsi dire corps au trauma en ce qu'il fait retour et signale la présence insistante de l'invisible, de ce qui reste hors de portée de la conscience du sujet. La nature par essence inassimilable du trauma emmpêche toute représentation directe ou frontale. Si, paradoxalement, les pièces de Carr disent la réalité factuelle du trauma sans détour, elles semblent cependant échouer à en exprimer la réalité affective et émotionnelle
Pays de publication : France
Lieu de publication : Rennes
Mention de responsabilité : Hélène Lecossois
Fonds : Médiathèque